Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

voyages Sud de France - Page 4

  • Randonnée d'été au Moulin de la Laurède - suite

    Ce mois de juillet c’est une équipe de pionniers de Sambreville en Belgique, qui est venue camper à proximité, au hameau de Pouilhou et qui, au-delà de la découverte de l’Ariège et de la Barguillère, trouvées très belles et sauvages, a prêté main-forte aux bénévoles de l’association.

    laurede.JPGLes travaux ont été divers et menés à bien dans un excellent état d’esprit de collaboration entre les bénévoles de l’association et les pionniers.

    Ils ont porté sur l’entretien du Moulin et de ses abords, le nettoyage de l’aire de pique-nique de Naudou et de portions de la petite route de Burret à Mathieu.

    Certains tronçons du circuit pédestre des trois moulins ont été aménagés avec des marches et le nouveau sentier qui relie Légrillou au Col de Blazy en passant par Raspe a fini d’être aménagé et commencé à être balisé.

    Comme chaque année, à la fin du chantier, un repas très convivial a été élaboré par les bénévoles de l’association pour clore le chantier et permettre aux jeunes et aux moins jeunes des échanges sur divers sujets.

    La soirée s’est terminée par des animations proposées par les scouts, le tout en plein air grâce à la clémence de la météo.

    Rappelons que le Moulin de la Laurède sera ouvert aux visites commentées du 14 juillet au 28 août les après-midi du mercredi au dimanche de 14h 30 à 18h

  • Visite découverte au Moulin de la Laurède, Ariège

    Au début du mois de juin, l’Office de Tourisme de Foix-Varilhes a proposé à une douzaine d’hébergeants du pays de Foix (propriétaires de gîtes ou de campings) de découvrir le Moulin de la Laurède, et à cette occasion toutes ces personnes ont pu découvrir, admirer et photographier, pendant quasiment un quart d’heure un desman (Galemys pyrenaicus) appelé communément «rat trompette» en raison de son museau allongé.

    Il s’agit d’une espèce protégée, endémique des Pyrénées. Une telle observation constitue un fait rare et exceptionnel! Au Moulin la dernière observation de ce type, mais bien plus fugace, remontait à l’été 1998!

    Le 19 juin ont eu lieu pour la dixième fois les randonnées en musique et en chansons, et pour la 1ère fois comme «Marche Populaire Internationale» 3 itinéraires étaient proposés.

    36 personnes ont effectué la «Boucle des Crêtes» avec ses vues dégagées sur les principaux sommets ariégeois, qui passait par les cabanes pastorales de la Devèze et de Mazel après l’orry de la Trincade restauré en 2010 par les Amis du PNR. Quelle plénitude!

    vallon.JPG73 personnes ont parcouru la «Boucle de la Forêt» et apprécié le charme sauvage du vallon du Baillès parsemé de cascades bien fournies par de récentes pluies, la régularité des forêts du Consulat de Foix, et quelques vues remarquées sur la vallée de la Barguillère.

    50 personnes ont parcouru les sentiers et chemins de la «Boucle des Hameaux» et se sont familiarisées avec cet habitat d’anciennes fermettes et granges typiques d’une agriculture d’autarcie montagnarde, aujourd’hui presque disparue avec des champs peu à peu gagnés par la forêt.

    Toutes ces randonnées avaient en commun un pique-nique dans le très joli cadre de l’ancienne école et du gîte de Légrillou, agrémenté d’un récital de musique et de chants, offert par le groupe «Les racines des herbes»

    Tous les randonneurs ont vu fonctionner le Moulin à eau de la Laurède, qui faisait de la farine, distribuée en sachets aux randonneurs et à une dizaine de visiteurs, toujours au son de l’accordéon…

    Le beau temps représenta une belle récompense pour l’association qui n’en avait pas profité dans l’organisation entre mai et juin de plusieurs activités dans le cadre des Journées Nature du Conseil Régional avec notamment l’accueil de handicapés moteurs, véhiculés jusqu’au moulin par des animateurs et des bénévoles de l’association, sur des «joélettes», drôles de véhicules à une roue, ouvrant aux handicapés l’accès aux sentiers de montagne.

     

     

     

  • Echappée nature avec le Pays d'art et d'histoire des Pyrénées Cathares

    Le Pays d’art et d’histoire des Pyrénées Cathares s’inscrit dans les Journées nature organisées par le Conseil Régional de Midi-Pyrénées. Il propose des sorties nature à ne surtout pas manquer !

    catahres.JPGLa première de ces sorties aura lieu le samedi 26 mai. Elle se déroulera sur les communes de Pradettes, Esclagne et Tabre. Puis la suivante aura lieu dans le district de Mouthoumet, avec point de départ au pied de la maison en viager à Albière Occitanie ...

    Un circuit pédestre ponctué d’animations permettra de relier les trois communes. Cette boucle de 12 km à cheval entre Pays d’Olmes et Pays de Mirepoix vous entrainera à la découverte des villages de Pradettes, Esclagne et Tabre.

    Le point de rendez-vous est à 9 heures le matin à Pradettes. La municipalité vous invite à partager un petit déjeuner devant la mairie.

    Après avoir pris des forces, la guide conférencière, vous présentera quelques éléments du patrimoine de la commune. Il s’agit de la chapelle Saint Jean-Baptiste, connue depuis le XVIIIe siècle et remise sur pied par les habitants entre 1980 et 1988.

    L’autre point fort est l’éolienne. Construite entre 1927 et 1929, elle fait partie d’un vaste système d’adduction d’eau potable pour les 30 habitants d’alors et leurs animaux.

    on vous montrera cette belle construction tout récemment restaurée.

    La randonnée pourra ensuite débuter et rejoindre la deuxième étape : Esclagne.

    Petit village bénéficiant d’un très beau panorama, il donnera l’occasion à Fabienne Bernard, chargée d’étude auprès de l’Association des Naturalistes de l’Ariège, de faire des points d’arrêt le long du parcours.

    Elle expliquera la faune et la flore locale. Le pique-nique tiré du sac se fera à Esclagne. Ensuite, à 13h30, la marche reprendra avec la suite des commentaires de Fabienne Bernard et ses arrêts «nature»

    La troisième étape est celle de Tabre. A partir de 15h30, la guide reprendra le flambeau pour un commentaire sur la fontaine.

    Réclamée en 1855 par la commune pour faciliter l’alimentation en eau des habitants et des animaux, elle est aujourd’hui en cours de restauration.

    La journée se terminera autour d’un diaporama-concert «à fleur de note» consacré aux fleurs d’Ariège.

    Pour ceux qui ne souhaiteraient pas finir la boucle en marchant, un mini-bus pourra ramener les chauffeurs vers Pradettes.

  • Porquerolles et les îles d'Or

    Porquerolles, Port Cros et l'île du Levant au large de Hyères sont trois îles superbes que vous pouvez facilement découvrir dans la journée au départ de Toulon, Hyères, voire de Nice.

    porquerolle.JPG

    Porquerolles est classé parc naturel, à part l'extension du village, et les fonds sous -marins de Port Cros sont aussi protégés. C'est le paradis des plongeurs, des randonneurs, et des navigateurs.

    On se déplace exclusivement à pied et à vélo sur les îles. Si vous avez un bateau vous devrez contacter la capitainerie de l'île en avance pour voir si un mouillage est disponible, ou mouiller au large de l'une des plages.



    Les îles sont assez chères durant l'été, même un snack basique vous reviendra 20 à 30% de plus que sur le continent. Comptez 20 euros pour un restaurant moyen, jusqu'à 80 € pour un restaurant de fruits de mer.

    Au niveau logement, même constat, ils sont rares et chers. Il est interdit de camper, ou même rester la nuit sur les plages.

    L'île du Levant est connue pour ses plages nudistes, Porquerolles a également quelques plages où l'on peut se baigner nu.

  • un air de Scandinavie sur le Plateau de Beille

    Depuis une quinzaine d’années, l’équipe du village de loisir Angaka sur le Plateau de Beille propose aux visiteurs des activités de traîneau à chiens, raquettes à neiges, séjour nordique, réalisation d’igloo ou bivouac trappeur sous une yourte mongole ou une cabane en rondin… c’est l’aventure grandeur nature.

    Avec le soleil et les dernières chutes de neige, ce matin les conditions étaient idéales pour découvrir la conduite d’attelage.

    yukon.JPG


    Un petit groupe de jeunes adolescents de Pamiers ont profité de cette journée d’initiation, une activité sportive car après une brève introduction sur la vie de la meute et quelques consignes de sécurité, ils ont piloté dans les grands espaces sauvages leur attelage de 3 ou 4 chiens en suivant les consignes de Vincent, musher diplômé d’état, co-gérant de la structure.

    Pour les plus contemplatifs, la balade en traineau, souvent en famille, permet de découvrir les paysages, de passer dans les sous bois, dévaler les pentes enneigées, au plus près de la nature.

    Husky de Sibérie, Malamut d’Alaska, Esquimau du Groenland, Samoyède, Alaskan Husky… les chiens sont disposés en fonction de leur caractère et de la charge à tirer, on se croirait au Yukon .

    Les premiers chiens nordiques arrivent en France au moment de la première guerre mondiale à des fins militaires mais c’est Paul-Emile Victor qui contribue vraiment en 1935 à les faire découvrir au grand public.

    En effet il rapporte de ses expéditions des chiens eskimos du Groenland et organise la traversée des Alpes françaises avec ses chiens nordiques.

    «Ce sont des races très anciennes qui tirent des traineaux depuis 5 à 6000 ans et aident les peuples nomades à se déplacer depuis des millénaires» explique Vincent qui vit sa passion à 100% mais qu’il partage avec bonheur toute l’année… une aventure sur les traces des trappeurs du grand nord.