Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

voyages Sud de France

  • Balade en couralin sur l’Adour

    Le couralin est le seul survivant d’une époque où la batellerie et le trafic sur l’Adour étaient importants.
    C’est un bateau à fond plat, qui sert toujours aux pêches traditionnelles, aloses, pibales (alevin d’anguille), lamproies, saumons, mais aussi à la découverte de la flore et de la faune des berges de l’Adour.

    « Les couralins des pêcheurs professionnels de l’Adour » proposent plusieurs formules de balades au départ de Guiche ou Bidache, Peyrehorade, Hastingues, Port de Lannes, Saubusse, Urt ou Lahonce.

  • Aquitaine : des idées de balades au fil de l’eau

     Inattendu : le surf sur la Garonne

    En Aquitaine, l’océan n’a pas l’exclusivité des spots de surf. On surfe aussi sur la Garonne, la Dordogne et la Gironde, sur le mascaret, ce phénomène unique en France, une vague déferlante qui se produit dans l’estuaire de la Gironde, à chaque grande marée, et qui remonte très loin à l’intérieur des terres, selon l’amplitude des coefficients. Une fête lui est dédiée à Saint-Pardon de Vayres, en Gironde, avec des vagues pouvant atteindre 2 mètres de hauteur !

    Romantique : les 104 kilomètres de la voie verte du canal de Garonne

    Se balader à vélo, à pied ou en rollers, en famille ou entre amis, sous la fraîcheur des platanes centenaires, pique-niquer au bord de l’eau en regardant voguer les bateaux et, d’écluse en écluse, découvrir le patrimoine fluvial et les paysages du Lot-et-Garonne. Et si c’était la recette du bonheur ? Le Café du Canal, un Café de pays®, à la halte nautique de Lagruère, est la promesse d’une pause sympathique et gourmande. Au café du Canal Tél. : +33 (0)5 53 84 54 39 www.haltenautique.com

     Authentique : la vie des « Gens de Garonne »

    Partagez la vie autour du fleuve, à Couthures-sur-Garonne à travers un spectacle unique en scénovision et, en sortant, arrêtez-vous à la guinguette ou à la boutique pour profitez des produits du fleuve. www.gensdegaronne.com

     

     

     

  • Annonce : faire découvrir l'agroécologie et le territoire de la ferme à Villers-Saint-Paul en Picardie

    Sensibiliser à l'agroécologie auprès de notre public
    Réaliser une exposition sur les habitants de la ferme et sur l'élevage respectueux
    Animer des ateliers de sensibilisation autour des animaux de l'écolieu et de l'agroécologie au près de nos partenaires extérieurs
    Créer du lien entre les différents acteurs de la ferme (woofeurs, stagiaires,..)
    Ambassadeur du territoire de l'arbre à poule
    En fonction des sensibilités du service civique : possibilité de découverte des métiers de la ferme
    Quand ?
    À partir du 1 septembre 2016 (6 mois, 30 h/semaine)
    Quel domaine ?
    Environnement
    Combien de postes ?
    1
    Quel organisme ?
    Ferme pédagogique l'arbre à poule
    ferme d'animation associative
    sensibilisation à l'agroécologie, à l'agriculture à l'échelle humaine et respectueuse de la Terre
    réalisant des action extérieurs pour tous types de publics

  • Pamiers d'hier et d'aujourd'hui : au temps du cinéma

    En 1947, la Société Cinématographique du Sud-Ouest basée à Foix souhaitait établir un cinéma rue Taillancier dans un immeuble existant, en bon état.

    pamiers.jpg


    La salle devait comprendre un parterre surélevé d’un mètre au-dessus de la rue, un balcon, un sous-sol avec bar, un vestiaire avec sanitaires et chaufferie et un bureau de direction.

    Au même moment, M. Dirribery proposait lui aussi un projet identique qu'il souhaitait implanter rue des 4 sergents de la Rochelle. Il avait choisi le nom «Le cinéma Florida»; ce fut finalement le cinéma «Rex» qui ouvrit ses portes rue Taillancier un an plus tard.

    Pour la petite histoire, la rue Taillancier à l'époque comptait encore des écuries en rez-de-chaussée des habitations. Se trouvaient aussi les préfabriqués du restaurant communautaire qui servit notamment aux ouvriers de l'usine lors des grèves de 1948 et non loin dans le même secteur «la cour des miracles», immeubles vestiges de l'ancien couvent des Ursulines.

    Dans les années 53-54, le cinéma Rex fut pris en charge par les membres du Clergé, dans les années 1970, M. Lagreu prit le relai.

    Un ciné-club avait été créé sous l'impulsion du pasteur Bourgeois. M. Corpron fut son successeur. Ouvert à toutes personnes âgées de plus de 18 ans, la carte d'entrée donnait droit à huit spectacles inscrits à l'affiche tout au long de la saison, carte remise contre le paiement de la somme de 8 Frs.

    Elle pouvait être retirée au bureau de tabac Pradalier, à la bibliothèque municipale, à la bibliothèque pour tous, elle pouvait aussi être distribuée au cours de permanences assurées à la mairie, salle de l'ancien commissariat.

    En 1991-1992, Jean Parès prit la direction du cinéma et entreprit d'importants travaux de rénovation. Une première tranche, en 1991, consista en la rénovation totale de la façade, des luminaires, des trottoirs d’accès. La seconde tanche, entreprise en 1992, concerna la rénovation complète intérieure du cinéma. Le hall d’entrée fut agrandi, un nouvel agencement du bâtiment permit l’installation de deux salles d'une capacité de 160 places pour celle du bas et 200 pour celle du haut.

    En 2001, Lucas Martinez a pris la succession. Le Rex fut encore modernisé et reste encore aujourd'hui très fréquenté.

    Les Appaméens ont toujours aimé aller au cinéma. La première projection cinématographique publique eut lieu au théâtre municipal le 10 mars 1931 avec «Nuits de Venise» le premier film parlant et chantant.

    Mais ce furent les jeunes garçons du collège de Pamiers qui eurent le privilège de voir en premier des séances privées de cinéma. En juin 1925, un cinéma fut installé au collège de garçons pour la somme de 2 744,50 Frs «conformément aux arrangements intervenus avec la maison Pathé pour la fourniture d'un cinéma et des accessoires utiles à cette installation»

  • Festival des saveurs Ax les thermes

    Plus que quelques jours avant le lancement du Festival des saveurs 2021 à Ax-les-Thermes, les 16, 17 et 18 fevrier .

    Avec toujours la même recette inratable: une manifestation festive et familiale, pour mettre en valeur le savoir-faire des producteurs fermiers, des artisans et restaurateurs de la région.

    Une des marques de fabrique de l’évènement reste toujours la formation des binômes, où s’associent pour l’occasion un producteur et un restaurateur pour aboutir sur une création gastronomique originale.

    Pour le concours des binômes, une cuisine de démonstration sera installée sur le village du festival, où le public et les membres du jury assistent en direct à l’élaboration du plat.

    Cette année, un des binômes sera composé par Dylan Morvan (du restaurant Le Maxil à Massat) et Noëlle Morales (apicultrice, récoltante du «Rucher des trois seigneurs»).

    Pour le restaurateur, il s’agit surtout de «montrer aux gens ce que l’on fait toute l’année [...] Le travail avec les producteurs est plus facile que ce que l’on peut imaginer.

    C’est juste du bon sens. Et en fait, on fait vite des économies par rapport à ce que l’on peut acheter sur des circuits classiques
    »


    Noëlle Morales, habituée du festival, prend plaisir à voir ses produits évoluer à chaque nouvelle collaboration, «chaque année, il y a une création avec un de mes produits, que ce soit le miel, la glace, ou le nougat»

    Le Festival des saveurs, ce sera aussi le traditionnel marché gourmand, «pour établir un lien direct entre les artisans ou producteurs et les consommateurs» explique Arnaud Diaz (responsable du festival).

    Sans oublier la soirée «saveurs d’Ariège», l’éducation au goût en direction des enfants lors d’un repas à base de produits locaux du 66 en vente directe, ou encore le concours «les azinades», pour mettre à l’honneur un plan ariégeois parfois méconnu: l’Azinat.

    Une nouvelle confrérie de l’Azinat va d’ailleurs être créée.

    Enfin, cette année, petite nouveauté avant le lancement du festival: la «journée de la vache gasconne» le mercredi 14 septembre.

    Direction les estives pour les petits et les grands pour découvrir une partie du patrimoine culinaire ariégeois.


    Un Petit avant-goût...

    Avec le menu de la Soirée «Saveurs d’Ariège», concocté par Rogier Van Ben Biggelaar (chef du Palais Royal à Mirepoix).

    Apéritif «Viva l’Ariège»

    Amuse-bouche: Nem végétal farci de coques et chair de crabe, sauce ciboulette

    Entrée: Terrine de foie gras de canard, mi-cuit, accompagnée d’azinat travaillé sucré

    Poisson: Truite d’élevage bio de Montferrier cuite sur la peau, piperade de légumes, gelée pommes granny/ basilic/citron vert, écume de coquillages

    Viande: Trilogie de Porc lourd d’Ariège, (filet mignon juste saisie, lard confit 6 heures, boudin frit)

    Fromage: Croustillant de chèvre en bouquet salade

    Dessert: Forêt noire revisitée

    fournisseur : chez ROMERO Primeur Perpignan, O Delice Fermiers Perpignan